[Dorothée n'a pas le temps d'être maman]

Paris Match - 1982

 

« Je ne veux pas chanter ! » Ainsi parlait Dorothée alias Frédérique Hoschedé quand elle a débuté comme présentatrice à la télé. C'était il y dix ans. Dorothée avait à peine vingt ans et son propos dénotait l'imprévoyance de la jeune femme. « Seules les brutes ne changent jamais d'avis, dit-elle, Grâce au ciel, j'ai mûri. » Aussi, quand on lui a proposé d'enregistrer « Rox et Rouky », la chanson du dernier Walt Disney, a-t-elle accepté de l'interpréter. « Je n'avais aucune illusion, se souvient-elle. J'étais convaincue que ce serait un « bide ». Dorothée manquait de flair féminin et se trompait : « Rox et Rouky » s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires et son dernier enregistrement, « La Valise », un 45 tours sorti il y a seulement 15 jours, a déjà atteint le score de 200 000 exemplaires ! Ce triomphe de Dorothée a une explication : après Chantal Goya, elle est devenue l'idole du premier âge, cette clientèle imposante de fans qui se situent entre 4 et 12 ans, qui suit toutes ses émissions à la télé, qui est charmée par le visage espiègle et le sourire malicieux de la jeune vedette aux cheveux longs et raides et à la frange en tapis brosse. « Avec Chantal, explique-t-elle, nous ne sommes pas en concurrence. Nous avons le même public mais non le même répertoire. Elle chante des musiques douces. Moi, j'interprète des mélodies gaies. Seul point commun : elle et moi aimons les enfants qui nous le rendent bien. Ils nous considèrent comme leurs grandes sœurs et nous écrivent abondamment pour nous demander conseil. » Pourquoi plaît-elle tant aux jeunes générations ? Les psychologues fournissent une réponse. La voix de Dorothée a un timbre juvénile que les enfants perçoivent parfaitement. L'enfance est un univers composé de sons et de tonalités différents de ceux des adultes. C'est la raison pour laquelle un petit garçon ou une petite fille peuvent ne pas entendre une grande personne parler tout près d'eux, mais enregistrer une voix enfantine même très lointaine. Paradoxe : Dorothée qui aime tant les enfants n'est toujours pas maman. « Au fond de moi-même, j'ai toujours désiré un enfant. Seulement, il faut avoir le temps de s'en occuper, Et ce moment n'est pas venu. Celui qui partage ma vie le comprend. C'est : mon métier d'abord ! » Métro. Boulot. Dodo. Comment vit-elle ? « Comme une cigale, répond-elle puisque je chante et danse. Je ne suis pas motivée par l'argent. Je dépense tout ce que je gagne. Je n'ai ni bijou, ni voiture. Je vis au ras du sol, dans un grand studio aux murs blancs tapissés de dessins de Cabu. Pour tout meuble, des piles de livres et de disques. Mon seul luxe, des coussins et quelques bibelots. J'aime l'espace. Mes seules folies : les vêtements, les sacs à main et les bons restaurants. Par chance, je peux tout me permettre car je n'ai pas de problème de ligne. »

VISITEZ AUSSI

COUVERTURE_edited_edited.png

© albanweb 2020

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now