[Jean Jacques Goldman]

 

"Depuis que je suis dans ce métier, je n'ai jamais vu une maison de disques avoir la moindre idée de fond, je n'ai jamais vu une maison de disques créer un artiste quel qu'il soit. On a l'impression que des chanteuses comme Dorothée ou Hélène  ont été délibérément pensées. J'ai rencontré le responsable de AB Productions, la boîte qui s'occupe de la tranche horaire des enfants sur TF1, et qui est maintenant une très grosse puissance. Ces gens-là n'ont jamais eu la moindre idée de ce qu'allait devenir le marché des enfants à la télévision ; ils l'ont pris, parce que personne n'en voulait, et n'ont jamais pensé qu'une tranche horaire quotidienne pour les enfants pouvait créer un marché fondamental du disque. Personne ne l'avait prévu. Ce que les maisons de disques faisaient, c'étaient des gens comme Anne Sylvestre. Mais personne n'a jamais pense : "On va prendre quelqu'un qui va passer à la télévision tous les jours et qui va faire Bercy pendant un mois". Les maisons de disques n'avaient pas du tout prévu ces phénomènes, elles les ont seulement constatés et entérinés, puis engrangés. Les seules opérations dont sont capables les maisons de disques, ce sont des opérations comme la Lambada, Clayderman. (...)

Il y a eu cette date fondamentale dans l'histoire de la chanson française, quand Jerry Lee Lewis est venu chanter à Bercy avec Dorothée. Ça a beaucoup bouleversé les puristes ! Jerry Lee Lewis, Chuck Berry, c'est difficile de dire qu'ils ne sont pas des rock'n'rollers. J'ai assisté à l'enregistrement d'une émission avec un duo entre Joe Cocker et Patricia Kaas. Je crois que ces choses-là sont en train de sombrer. C'est une chose qui n'existe qu'en France. Quand Julio Iglesias  a décidé d'attaquer le marché américain - il faut faire là-bas avec des parrains -, il a contacté un Américain, une figure du country américain, Willie Nelson, il a contacté Stevie Wonder, ils ont fait des duos ensemble. Ça n'a posé aucun problème. Alors que chez nous, si Dorothée, qui a tous les moyens, qui peut obtenir Chuck Berry et Ray Charles éventuellement, parce que tous sont fascinés par sa voix, demande à Etienne Daho de chanter avec elle, quelle que soit la situation financière d'Etienne Daho, quelles que soient ses convictions, ça ne marchera pas. C'est un problème strictement français."

VISITEZ AUSSI

COUVERTURE_edited_edited.png

© albanweb 2020

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now