[Entre deux écrans]

Elle a la hantise de la femme-tronc. Comme ses consœurs en télévision, la jeune Dorothée n'a de cesse, semble-t-il, d'échapper à son sort de présentatrice. Il semblerait qu'aux yeux de ces dames le « speakerinat » mène à tout, comme le journalisme, à condition d'en sortir. Dorothée a manifestement des fourmis dans les jambes. À coups de disques et de films, elle a bien l'intention de faire de son prénom un nom dans le monde du spectacle.

Frédérique Hoschedé, rebaptisée Dorothée par Jacqueline Joubert, montre une volonté farouche dans la conduite de sa carrière. Elle n'a pas végété longtemps dans le minuscule studio des présentatrices qu'elle fréquente depuis trois ans. Au Service de la jeunesse, on s'est souvenu de la mince et dynamique animatrice des « Mercredis de la jeunesse » sur TF1 et c'est tout naturellement qu'elle s'est retrouvée sur le plateau de « Récré A2 », chaque semaine, au milieu d'un public enfantin qu'elle adore, et qui lui rend son affection au centuple. À telle enseigne qu'elle est obligée de mettre des lunettes fumées lorsqu'elle sort de Cognacq-Jay : partout, dans la rue, au restaurant, les petits la reconnaissent et l'assaillent de demandes d'autographes. On se bouscule à ses émissions. « J'aimerais m'orienter toujours plus vers le spectacle pour enfants, dit-elle. C'est un domaine encore peu exploité. À part les marionnettes et le cirque, c'est le vide. Aussi, les petits passent-ils leurs mercredis le nez collé sur l'écran de télévision. »

Deux partenaires : Noiret et Serrault

Les adultes aussi, sans doute, puisque c'est en l'y voyant que le cinéaste François Truffaut a décidé de l'engager pour son film « L'Amour en fuite ». « Une expérience passionnante, dit-elle, et combien différente du direct de la télévision. Sur un plateau de cinéma, on se prépare et l'on attend patiemment son tour d'entrer dans l'action. Soudain, il faut plonger, et trouver d'emblée le ton juste. »

Il faut croire que Dorothée-sur-grand-écran s'est montrée convaincante, car la voici vedette du nouveau film de Robert Enrico, « Pile ou face », en compagnie de Noiret et Serrault. Le tournage ayant eu lieu à Bordeaux, Dorothée demanda un congé sans solde à Antenne 2. Mais, sachant ce qu'elle doit à la télévision, et n'ayant pas l'intention de l'abandonner, elle revenait chaque mercredi, entre deux avions, présenter ponctuellement « Récré A2 ». Son jeune public n'aurait pas admis une longue absence. « Les enfants sont étonnants, dit-elle. Je les traite en grandes personnes, et c'est ce qu'ils aiment. Pourquoi bêtifier ? »

Télévision, cinéma et, maintenant, un 33 tours. Grâce à une organisation minutée au rasoir, Dorothée, sans trahir trop de nervosité, a trouvé le moyen d'enregistrer une mini-comédie musicale enfantine, à base de tendresse, d'humour et de poésie : « Dorothée au pays des chansons ». Alors, verrons-nous un jour Dorothée-sur-scène ? Elle ne veut rien dire. Elle avoue simplement suivre assidûment des cours de danse. « C'est excellent, dit-elle, pour apprendre à bouger sur une scène. »

Lise GENET
 

VISITEZ AUSSI

COUVERTURE_edited_edited.png

© albanweb 2020

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now