[Dorothée entre au Zénith en parachute]

 

Télé 7 jours - 1986

De nouveau avec Jacky du 13 décembre au 4 janvier.

Les alentours du Zénith, le dôme gris à l'avion rouge de la porte de Pantin, vont être désertés par les hordes de fans chevelus, attirés habituellement par les concerts les plus rock de la capitale, pour se peupler d'écoliers en délire. À partir du 13 décembre, leur grande copine Dorothée, sa queue de cheval, sa silhouette menue, son grand nez d'après Cabu - jugé sur pièce, cet appendice nasal est plutôt un rien coquin - et sa pim­pante équipe vont occuper les lieux pour vingt jours dans un nouveau spectacle, « Dorothée au Zénith ».

« Le Zénith, c'est impressionnant, confie la jeune femme... La scène est très grande et il faudra l'occuper mais la construction de la salle a été remarquablement faite et l'espace est facilement modulable. Surtout ce n'est pas très profond et on voit bien de toutes les places. » Ex-speakerine, puis présentatrice vedette de l'émission pour enfants, « Dorothée et ses amis », un temps comédienne et, depuis 1978, chef de file de « Récré A2 », Dorothée a orchestré sa huitième apparition d'une manière tout à fait nouvelle... « Eh oui, cette année le spectacle sera différent, commente-t-elle, finies les comédies musicales ! Aujourd'hui, c'est un véritable récital de chansons que nous allons offrir au public ». Plusieurs raisons ont motivé ce choix. « Nous avions déjà monté sept comédies musicales et l'idée de nous engager pour une huitième ne nous emballait pas trop... Il y avait un vague sentiment de ras-le-bol et un profond désir d'évolution. Surtout, poursuit-elle, à la fin des précédents spectacles, les enfants réclamaient sans cesse des chansons plus anciennes... Nous cédions à leur demande et le show se prolongeait. Mais s'il avait fallu les écouter jusqu'au bout, nous serions restés près de quatre heures en scène. » Dans sa version 86-87, le récital ou tour de chant de Dorothée se scindera en deux parties, chacune correspondant à un décor particulier. « Le premier, raconte-t-elle, plongera dans une ambiance de grande aventure dans une jungle (avec lianes et arbres exotiques) autour d'un avion accidenté. Les musiciens y seront répartis sur différents niveaux. Quant à la deuxième partie, elle se déroulera dans un monde plus futuriste. » Au total, Dorothée interprétera vingt et une de ses chansons, certaines nouvelles, d'autres plus anciennes toutes illustrées par un tableau dansé et joué pour ne pas abandonner l'esprit de ce qui plaît tant au jeune public.
« Bien sûr, renchérit-elle, un fil conducteur guidera le spectacle et des dialogues interviendront. »

Autour de Dorothée, des Ewoks et des Schtroumpfs !

Ainsi ira le show : Dorothée tentant de le mener à bien tandis que le PDG du Zénith, en la personne de l'impayable Jacky, ne cessera de discuter et de contester. Car la blonde vedette n'a pas oublié ses amis les plus fidèles. Le choix de Jacky, bien qu'il ait quitté Antenne 2 pour animer « Vitamines », sur TF1, a dû faire grincer quelques dents. « Ah, il nous a trahis (!), s'exclame Dorothée en riant... Ce que les gens disent, je m'en fiche pas mal. Il n'y a pas de guerre entre Jacky et moi, et ce n'est pas parce que nous n'appartenons plus à la même chaîne que je devrais me séparer d'un complice et d'un ami. Après tout, nous ne sommes ni l'un ni l'autre sous contrat, nous pouvons faire ce qui nous chante à l'extérieur... » Dorothée marque une pause, puis reprend : « Je crois au contraire que nos retrouvailles sur scène prendront une allure émotionnelle et ajouteront au spectacle. Au moins, les enfants  n'auront-ils  plus besoin de tourner le bouton de leur téléviseur pour nous voir tour à tour. Nous serons là ensemble ! »

Parmi les camarades qui l'entoureront, Dorothée a fait appel à deux choristes-danseuses ainsi qu'à un groupe de musiciens qui joueront tous en direct. Contrairement aux comédies musicales, les musiciens prendront leur part du spectacle, le bassiste et le guitariste surtout. « Ils ne savent pas bien danser, mais leur gaucherie est charmante ! », enchaîne-telle. Certains des personnages qui animent les mercredis après-midi à la télévision avec, pour ne citer que les plus célèbres, les Ewoks et les Schtroumpfs, auront également leur place. « Faire venir des Schtroumpfs sur une scène n'est pas chose aisée, dit-elle, alors pour illustrer la chanson nous allons très certainement diffuser un extrait du dessin-animé de Peyo sur un écran géant. » Si Dorothée a voulu faire de son spectacle un récital, elle a tout de même concocté pour ses jeunes admirateurs une série de surprises qui ne manqueront pas de les tenir en haleine. Rebondissements, gags et émotions fortes  sont  prévues  au programme. « Je suis toujours arrivée sur scène en courant, raconte-t-elle. Là aussi, ça va changer ! Avec les possibilités multiples qu'offre le Zénith, je vais tenter de faire mon entrée... en parachute ! Jacky aussi, le seul problème est qu'il prend peur dès qu'il se trouve perché plus haut que sur un tabouret ! », éclate-t-elle de rire. Coïncidence troublante, au moment précis où nous parlons de lui, le téléphone sonne et c'est Jacky qui s'épouvante du parachute. Un mois de répétitions seulement dans un petite salle de danse du neuvième arrondissement près de la place Pigalle.

Ils n'applaudissent pas, ils chantent et dansent !

« Nous y avons créé toutes les chorégraphies mais nous aurons trois jours pour les adapter à l'espace du Zénith, poursuit Dorothée. Heureusement, je suis entourée d'une excellente équipe. » La récompense de son labeur se trouve dans l'accueil que lui réserve son public, les enfants. « Ils sont merveilleux, dit-elle, quand ils aiment quelqu’un et apprécient un spectacle ils le montrent sans retenue en dansant et chantant en chœur mais ils n'applaudissent jamais. Je me tiens donc toujours très en avant de la scène, j'ai besoin de les voir ! »

Dans la multitude de lettres qu'elle reçoit quotidiennement, Dorothée trouve de nombreuses confessions. On demande des conseils où on se livre à des suggestions pour ses émissions télés. « J'aime ce contact avec mes amis, dit-elle. Chaque soir après les spectacles, j'accueille avec plaisir les jeunes qui demandent à me voir. Au Zénith, je ferai la même chose. "

Cécile TESSEYRE
 

VISITEZ AUSSI

COUVERTURE_edited_edited.png

© albanweb 2020

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now