Dorothée au musée Grévin

20.png
34.png

[Dorothée entre au musée Grévin]

Télé 7 Jours - 03/85

Et de six pour A2. Après Philippe bouvard, Alain Decaux, Michel Drucker, Christine Ockrent et Bernard Pivot, c'est au tour de Dorothée d'entrer au musée Grévin. "Enfin, dit l'animatrice de "Récré A2", j'y entrerai officiellement pour les fêtes de Pâques, si la statue est finie..." Dorothée n'en est encore qu'aux premières séances de pose et Eric modèle son visage avec de la glaise : "Ensuite, explique t-il, j'en fais un moulage de plâtre qui permet de mouler la cire." "Ma statue, précise Dorothée, aura mes vraies mensurations. Ainsi, pour la taille, 1.62 et pour mes chaussures, pointure 37" Ce que l'on ignore, en effet, c'est qu'avant que le sculpteur rentre en scène, on prend les mesures de chaque pensionnaire du musée et qu'on arrive, en tout, à quarante cas de figures, du tour de hanches (86 cm pour Dorothée) au tour de poignet (14 cm) en passant par le tour de poitrine ( 79 cm). Emue, Dorothée, d'entrer dans ce musée, où l'on rencontre au détour des salles le regard de cire du président Ronald Reagan, du général De Gaulle, de Napoléon ou de Julio Iglésias? "Ca me fait tout drôle... Quand j'étais petite fille je venais ici avec mes parents et ma grand mère. si on m'avait dit que je me retrouverais là!" En attendant d'être bien moulée, Dorothée est à l'affiche des cinémas avec "L'aventure des Ewoks", un film écrit et produit par Georges Lucas. Les Ewoks sont ces adorables petits personnages apparus dans "le retour du Jedi", le troisième volet de "La guerre des étoiles". "C'est Georges Lucas qui, après avoir entendu ma voix, m'à demandé d'être la marraine française des Ewoks". Je suis donc la narratrice de la version française du film et j'ai enregistré un 45 tours avec deux chansons : "Les petits Ewoks" et "Nos amis les Ewoks". En première partie du film, Dorothée chante dans un vidéo clip. "L'idéal serait que mon effigie du Musée Grévin puisse chanter pour les enfants", ajoute Dorothée... Peut être, mais souhaitons, en tout cas, qu'une fois réalisé, son visage de cire soit plus réussi que ceux de sa consoeur et ses confrères d'A2 que nous avons déjà présentés dans "Télé 7 jours".

Claude BARON

Dorothée - Presse
Dorothée - Presse

[Dorothée entre au musée Grévin]


Le journal de Mickey - 1985

Vous connaissez tous le célèbre musée Grévin où des personnages de cire plus vrais que nature - si vrais qu'on s'attend à tout moment à les voir parler - vous fixent longuement de leurs yeux de verre. Mais vous ne vous imaginez certainement pas figurant vous-même au musée, transformé en sculpture que l'on vient admirer du monde entier ? C'est pourtant ce qui vient d'arriver à Dorothée, ravie de cet honneur inattendu et encore tout étonnée d'entrer ainsi dans l'Histoire ! Avec Dorothée, nous avons suivi, étape par étape, dans les coulisses du musée, la réalisation de cette statue souriante qui vous attend depuis la fin du mois de mars au musée Grévin.

Certaines personnes n'ont pas la patience de poser pour le sculpteur : c'est bien long de passer deux heures assis sur un tabouret sans bouger ! Alors, elles envoient leur photo. Ce n'est pas le cas de Dorothée qui s'est beaucoup intéressée à l'élaboration de sa sculpture qui lui ressemble trait pour trait. Elle n'a pas hésité à passer plus de dix heures dans l'atelier du sculpteur Eric.

Lorsqu'elle arrive au musée, le costumier commence par prendre ses mesures, son tour de taille, la longueur de ses bras, mais aussi l'écartement de ses yeux, l'espace entre son nez et sa bouche...

Puis Eric, le sculpteur, forme le visage de Dorothée, en sculptant de la terre glaise toujours humide. Eric travaille toujours debout, le « visage » de glaise à sa hauteur, pour pouvoir tourner autour, avoir d'autres angles de vue. Lorsque la tête est bien en forme, Eric en fait un moulage : une sorte de coque en plâtre, autour de sa sculpture. Le moule une fois sec, on retire la coque qui reproduit le modèle de la glaise, au détail près, et c'est dans cette coque qu'on vient couler la cire de la tête.

Pendant ce temps, la tête de Dorothée entre en « institut de beauté ». Elle n'a encore ni yeux, ni cheveux, ni sourcils, ni ongles. Le rôle de la maquilleuse-coiffeuse est donc de la rendre vivante. Dorothée et la maquilleuse choisissent dans un vaste tiroir les yeux qui correspondent aux siens.

Elles font ensuite des essais de cheveux. Mais on ne pose pas simplement une perruque. On implante les cheveux un à un, à l'aide d'une petite aiguille dont on a retiré le chas et qui forme une fourche. On procède à cette implantation quand la cire est encore tiède. On lui rajoute alors des cils, des sourcils (faits avec de vrais cheveux). Puis on maquille le visage avec... de la peinture à l'huile, qui résiste à de fréquents lavages.

Pour faire le corps, Eric travaille aussi avec de la terre. Les mains et toutes les parties apparentes seront ensuite réalisées en cire. Tout ce qui sera caché est moulé... en carton.

Pour que Dorothée-statue soit fin prête, il lui faut un costume. Là encore, c'est Dorothée elle-même qui a choisi la tenue d'écuyère qu'elle portait au Gala de l'Union. Elle a même eu la gentillesse de donner ses bottes, pour que la sculpture soit encore plus ressemblante. Les impressions de Dorothée, lorsque son double a été terminé ? Elle était ravie bien sûr, et encore tout étonnée de se voir si ressemblante. Et devant la statue faite à son image, elle est un moment restée sans voix...

 

Dorothée - Presse
37.png

[Quatre doigts volés à la statue de Dorothée]

Le Figaro - 30 avril 1985

Après avoir apporté l'ultime touche de ressemblance en offrant l'une de ses paires de bottes et en maquillant elle même son double en cire, Dorothée a inauguré hier au Musée Grévin la statue à son effigie. Visiblement émue (mais moins que sa grand-mère), très pressée (parce que deux heures plus tard elle tournait à Deauville Macadam pour FR3), elle a appris que ses premiers visiteurs n'y étaient pas allés de mainmorte. Les sculpteurs ont déjà dû remplacer quatre doigts arrachés et volés par des fans. Placée entre Charles Branson et Isabelle Adjani, la présentatrice de Récré A2 a pour camarade de promotion Michel Platini, arrivé une demi-heure en retard. Battre Platini, quelle performance! L'équipe de Bordeaux au grand complet n'y était pas parvenue...

Dorothée - Presse
Dorothée - Presse

VIDEO

Voici un extrait de "Récré A2" au Musée Grévin