Selon les témoignages rendus au journaliste Abécé, c'est Pierre Sissmann qui remarque Dorothée à la rentrée 1978. Ce dernier est alors chef de produit chez CBS et travaille sur un projet de conte sur K7 audio à écouter par les enfants lors de longs trajets en voiture. Pierre, interpellé par la belle animatrice, propose à Dorothée de chanter. Elle refuse catégoriquement. Pierre décide alors d'en parler à Jean Michel Fava et Jean Luc Azoulay. Ce dernier, qui ne travaille plus depuis peu avec Sylvie Vartan partie s'installer aux Etats Unis, fini par se laisser séduire par Dorothée. C'est ainsi que AB Disques va connaître ses vrais premiers succès commerciaux. Le début d'un empire.

Dorothée habite, à cette époque, dans le même immeuble que le comédien jean Pierre Léaud. C'est ce dernier qui lui fait part que Truffaud a envie de la rencontrer. Dorothée se rend alors chez le cinéaste qui la reçoit magistralement.

Le cinéma ne sourira pas longtemps à Dorothée ,  Jean Luc Azoulay l'accaparant de plus en plus pour des disques et autres tournées...

[Gérard Salesses]

 

Gérard Salesses est le compositeur, arrangeur musical, orchestrateur et chef d'orchestre de Dorothée.

Il a composé près de 1 200 chansons.

Gérard Salesses a un style unique, réussissant le savant mélange de sons synthétiques à ceux de vrais musiciens de studio. Par ailleurs, il puise essentiellement dans les nombreux standards 60's pour ses créations

En 1995, il a entièrement composé la musique du film L'Enfant des neiges, de Nicolas Vanier.

Il a vendu 30 millions de disques.

[Claude Berda]

 

Claude Berda, né en 1947, est un homme d'affaires français. Co-fondateur, avec Jean-Luc Azoulay, de la société AB Productions, il est également fondateur et président d'AB Groupe, holding français spécialisé dans l'audiovisuel et membre du conseil d'administration du groupe TF1.

En 2010, sa fortune personnelle s'élève à 800 millions d'euros, ce qui lui permet d'être classé à la 44e place des Français les plus riches.

Claude Berda possède en 2010, plus de 20 chaînes de télévision en France et en Europe.

Père de 3 enfants, il réside en Suisse, dans le canton de Genève.

[AB Disques et Dorothée : historique]

 

1979 : AB Productions - Azoulay et Berda sont associés à 50% chacun de la maison de disque.

Dorothée signe un contrat d'exclusivité artistique avec AB sans de durée précise.

La société d'édition des chansons est Abédition.

Les propriétaires sont : Azoulay, Berda et ,avec un pourcentage nettement inférieur, Gerard Salesses. Pour chaque disque vendu au prix de gros, les bénéfices sont répartis entre le distributeur, la maison de disque qui a payé l'enregistrement (AB Productions), l'éditeur des chansons ( Abédition ), et l'artiste ( Dorothée ) qui se contente de ce qui reste.

 

1983 : Dorothée et AB Productions viennent de vendre 3 000 000 de disques et leur distributeur  Adés / Le Petit Ménestrel ne peut répondre à leurs exigences. AB Productions signe donc avec la société Polydor, appartenant au groupe Polygram, concernant la distribution de ses disques. Les conditions de distributions et financières sont revues à la hausse. Mais AB impose une exigence : chaque distributeur doit s'engager sur toutes les productions AB et le catalogue AB..

 

1987 : Dorothée signe avec TF1 et devient consultante auprès de la direction de la chaîne concernant la jeunesse, salaire 40 000 F par mois. Le contrat est de 5 ans effectifs renouvelable pour une durée de 5 ans.

 

1990 : Dorotgée remplie Bercy, tournée triomphale, les programmes du Club Dorothée séduisent les enfants et les annonceurs. Sur la demande de Berda et Azoulay, menaçant de partir sur une autre chaîne, TF1 nomme Dorothée directrice de l'unité jeunesse.

 

1991 : A la suite d'un appel d'offre BMG remporte un juteux contrat celui de la distribution des disques d'AB Productions.

Changement de distributeur alors changeons de nom AB Productions devient AB Disques. Dorénavant les singles seront siglés Editions AB et les albums Abédition.

Edition AB = AB + Dorothée. A présent Dorothée devient éditrice et à ce titre verra ses royalties augmentées.

 

1992 : Dorothée triomphe à Bercy et en province, 300 000 albums vendus, l'émission cartonne. TF1 veut renouveler le contrat qui lie la chaîne avec Dorothée, mais Dorothée étant sous contrat d'exclusivité avec AB Productions, ces derniers veulent plus de temps d'antenne pour vendre ses programmes à TF1et menacent à nouveau de partir sur une autre chaîne. TF1 cède et Dorothée devient Directrice des programmes familiaux, titre mal vu au sein des autres responsables de la chaîne car les jeux, les divertissements sont également des programmes familiaux ( en fait le titre a été créé pour Dorothée ).

 

1994 : Dorothée s'interroge sur son avenir. Après avoir connu les années fastes 90/93, elle aurait souhaité s'arrêter. Mais AB l'entend d'une autre oreille, pour la motiver direction Nashville pour enregistrer un album différent.

Cependant un problème de gourmandise touche le groupe AB.

Il est important de savoir qu' AB Productions/AB Disques n'a jamais été membre du SNEP, les ventes sont certifiées par la SPPF (Société de Production Phonographique Française) dont AB est un des membres fondateurs et UPFI (Union des Producteurs Phonographique Français Indépendants).

AB Productions, par l'intermédiaire de sa société de diffusion presse, tente le pari de distribuer le nouvel album "Nashville" de Dorothée en l'accompagnant d'un fascicule.

500 000 exemplaires sont distribués via les réseaux presse.

70 000 exemplaires mis en place, par BMG, dans le réseau commercial, un comble pour le distributeur principal qui en échange de sa mise en place perçoit une partie des bénéfices. Evidemment, BMG n'avait pas été averti de cette opération, à partir de cette trahison BMG et AB vont se livrer à une guerre qui affaiblira fortement l'image de Dorothée.

70 pour cent des ventes ayant été réalisé dans les presses, BMG, distributeur du label AB, décide de résilier le contrat qui le lie avec AB, AB refuse et la justice entre en jeu.

 

1995 : Tout se dégrade un peu plus.

BMG s'estimant flouer ne donnera pas toutes ses chances au futur album de Dorothée « Bonheur City », si cet opus ne bénéficie que de 10 titres c'est parce que BMG a sommé AB de lui rendre un produit fini dés la mi-septembre. Pour Azoulay impossible de placer de nouveaux titres, il se résout à produire un album light. L'album ne bénéficiera que d'une mise en place modeste : 80 000 exemplaires, pas de réapprovisionnement.

L'album est conçu avec 5 chansons enregistrées l'année précédente à Nashville et 5 titres enregistrés rapidement au mois d'août.

Le disque était donc voué à l'échec.

Ce conflit est très loin de se limiter à l'album.

L'album bonheur city a bénéficié d'une mise en place en magasin de 80 000 exemplaires, le nombre vendu auprès du public doit être aux environs de 70 000 ou 75 000. L'opération presse nashville ne pouvait pas être refaite car BMG s'y est opposé. De plus il est interdit de commercialisé des "produits" originaux par ce circuit avant l'amortissement dans les magasins spécialisés.

Le cas du Zénith 95 : les glorieuses années sont finies ! AB sait que l'audience faiblis et les ventes de Dorothée aussi. Mais elle reste la chanteuse n°1 des enfants.

8 concerts sont prévus en octobre 95 au Zénith de Paris, mais le conflit AB / BMG n'est pas fini ! Ce ne sont pas des problèmes techniques qui empêcheront les concerts mais l'interdiction temporaire pour Dorothée de se produire sur scène.

AB et BMG trouve un arrangement à l'amiable. Le Zénith est repoussé au mois de janvier 96 mais BMG interdit à Dorothée de chanter ses chansons de la période : 1982 / 1990. Afin de ne pas ternir l'image de la star les dates sont maintenues mais la billetterie ne sera pas ré-ouverte au public, seuls les 15 000 détenteurs de billets pourront y assister. Les comités d'entreprises ne seront que très peu sollicités.

Bilan : 4 concerts, pas de vieilles chansons, BMG impose la présence des MN8 à ces concerts car ils représentent, à l'époque, l'avenir !

BMG et AB ont des relations tendues, les MN8 ne font pas recette : BMG interdit toute diffusion de la vidéo du concert.

 

1996 : Au mois de septembre Dorothée sait que le Club Dorothée fermera ses portes en août 97.

Fin du contrat liant AB Disques à BMG et nouveau contrat de distribution avec EMI pour "La honte de la famille".

Bercy 96 : Dorothée veut une dernière fois monter sur scène. Mais les finances d'AB ne sont plus au beau fixe, AB Sat coûte cher, pour lui faire plaisir ils acceptent.

Plus de sponsors, Tf1 et Europe 1 se désolidarisent.

Une solution existe : réduire les coûts !

La billetterie publique commence à s'organiser, le spectacle est intitulé "Dorothée Magique", le prix des places est fixé à 70 F.

Comme pour tous les artistes, les comités d'entreprises sont sollicités, en effet sans eux les salles de concerts seraient à moitié vides, elles paient les places à un tarif préférentiel. Les places leurs sont proposées à 50 F, à ce prix les entreprises proposent de prendre toutes les places pour une journée afin d'organiser le Noël de leur société. AB accepte ( ils ne perdront pas d'argent, ils vont même en gagner ! Et en plus la salle sera remplie ) Dorothée quittera la chanson par la grande porte.

Dans une interview accordée au magazine Télé Star, le journaliste demandera à Dorothée pourquoi aucune place n'est mise en vente au public, elle répond franchement que les comités d'entreprises ont tout acheté.

Cependant, une bonne campagne de promo sera orchestrée par AB afin de faire savoir que Dorothée n'est pas finie, puisqu'elle va faire Bercy et que tout est complet !

ANECDOTE

Il existe pas moins de trois pochettes différentes pour le 45T des "neiges de l'himalaya"

Guy Bariol, l'illustrateur du disque se souvient :

"J’avais réalisé un premier jet de l’illustration. Au moment de la mise en page du 45 tours, chez AB, ils ont posé la photo de Dorothée sur mon dessin, et le volcan arrivait… juste derrière les fesses de Dorothée ! Il y a eu quelques rires… Alors, pour sortir le 45 tours, je crois qu’ils ont utilisé deux bouts de l’illustration où le volcan n’apparaissait pas. Pour l’album, j’ai dû refaire mon illustration en changeant la place du volcan ! Ils ont sans doute voulu réutiliser ce visuel final pour faire un deuxième 45 tours… J’ai fait plusieurs versions de l’illustration finale, avec le volcan, sans le volcan…"

Quand à la troisième pochette, on y retrouve le titre "Le collège des coeurs brisés"

Jean-Luc Maciula, maquettiste chez AB Productions, affirme que "Jean-Luc Azoulay a voulu faire comme les 45 tours dans les années 60, avec les deux titres qui apparaissent sur la pochette"

Au final "Le collège des coeurs brisés" a lui aussi eu le droit à son propre 45T!

Comme quoi une face B peut aussi devenir un tube!

Chose amusante, le dernier extrait de l'album, "ou est le garçon?", a lui aussi eu le droit à deux pochettes différentes.

VISITEZ AUSSI

COUVERTURE_edited_edited.png

© albanweb 2020

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now