[2010]

21/02
Dorothée se confie à Thierry Demaizière lors de l'émission "7 à 8"
7 millions de téléspectateurs pour ce rendez vous!

"Sept à huit"

06/02
Dorothée est en dédicace de 13 à 15 hr à Paris Manga

20/02
Dorothée : “J'ai l'angoisse de décevoir”

Loïc Torino-Gilles, le samedi 20 février 2010 à 04:00

Treize ans après l'arrêt de Club Dorothée, l'égérie de toute une génération a retrouvé le chemin des studios d'enregistrement.
Tout y est. Les yeux qui pétillent, le rire franc, comme bloqué dans l'enfance, et cette simplicité presque insolente. Dans le bar d'un grand hôtel parisien, Dorothée nous parle de son retour scénique imminent et de son prochain album. Sans nostalgie, l'idole d'une génération avance. Regarde droit devant. « De toute façon, les dates et moi, ça fait 42 », s'amuse-t-elle. Entretien.

FRANCE-SOIR. Qu'est-ce qui vous a convaincue de revenir sur scène ?
DOROTHÉE. La pression des fans. Quatorze ans d'absence, c'est beaucoup. Je pensais vraiment qu'ils allaient m'oublier. Mais non ! je reçois toujours un monticule de lettres et je sais que les forums se développent sur Internet. C'est pour cela que j'ai craqué.


Dans quel état d'esprit êtes-vous aujourd'hui ?
Je suis tétanisée total. J'ai l'angoisse de décevoir. Mais je vais faire au mieux. Si j'écoute vraiment ce que veulent les copains, il faudrait que mon concert dure toute une journée.


A quoi faut-il s'attendre à l'Olympia ?
Je vais interpréter une trentaine de chansons, des anciennes et des nouvelles. Il y aura des surprises, certainement aussi pour moi… Je ne sais pas si j'aime ça d'ailleurs (rire). La différence avec Bercy à l'époque sera le côté intime. Le public sera sans doute le même, sauf qu'aujourd'hui les enfants mesurent 1,80 m !


De quoi parlent-elles, vos nouvelles chansons ?
D'amour, d'amitié… Il n'y a pas de message très intellectuel, ce n'est pas le but. Je préfère le ludique.


Depuis l'arrêt de Club Dorothée, vous avez-bien eu des propositions…
Rien de chez rien. Je ne sais pas pourquoi. Bon, il est vrai que je n'ai rien demandé non plus. Mais j'aurais bien aimé faire des téléfilms, des fictions… Il n'est jamais trop tard.


Qu'avez-vous fait pendant toutes ces années ?
J'ai repris le cours de ma vie familiale, je me suis occupée de mes proches. Je n'ai pas eu de breakdown, comme on dit. J'ai aussi fait pas mal de peinture. Et même si je descends de la famille de Claude Monet, ce talent-là n'est pas héréditaire (rire).


Qu'évoquent pour vous les années Club Do ?
Nous avons pu faire plein de choses, sérieuses ou non. Du délire mais aussi du caritatif comme les « Pièces jaunes », qui ont débuté chez nous. Je suis aussi contente d'avoir médiatisé La Chaîne de l'espoir. Je sais qu'on a sauvé des vies. Quand on aide des gamins à vivre, tout le reste n'existe plus.


Comment teniez-vous le coup ?
En s'amusant. Nous ne travaillions pas à l'Audimat. Le rendu du public était notre motivation. On bossait beaucoup, les 35 heures, on les faisait en deux jours !


Et puis un jour tout s'est arrêté…
On a pleuré. Mais voilà, la vie continue. Ce n'est pas la peine d'avoir des regrets et de ressasser les mauvaises choses.


Etes-vous nostalgique de cette époque ?
Cela ne sert à rien. Autant aller de l'avant et être positif.


A l'époque, les dessins animés japonais de Club Do, jugés ultra-violents, faisaient polémique…
Et aujourd'hui ils sont cultes. Il faut avoir un peu de patience dans ce métier.


Aujourd'hui tout cela vous fait-il rire ?
Non, ni même sourire. Enfin, disons que je prends une certaine revanche sur ceux qui m'ont un peu vilipendée.


Sur IDF1, la chaîne de votre producteur Jean-Luc Azoulay, vous avez retrouvé toute votre équipe…
Nous ne nous sommes jamais quittés. Nous avons quand même vécu ensemble près de dix ans ! Pendant toutes ces années, à chaque fois que Patrick Simpson-Jones, qui vit aux Etats-Unis, revenait à Paris, on organisait un dîner.


Depuis la disparition de Club Do, les émissions jeunesses sont très déshumanisées…
A présent, c'est du bout à bout. Je me suis toujours battue pour qu'entre chaque programme il y ait un retour plateau avec des êtres humains « normaux ». Avec option tarte à la crème et seau d'eau… Disons que ça faisait relativiser les choses. Le dévidoir à dessin animés, je ne pense pas que ce soit une bonne chose.


Aimeriez-vous retrouver une émission jeunesse ?
Je ne sais pas. Pour le moment, je me concentre sur l'Olympia. Mon petit cerveau ne me permet pas de faire plusieurs choses à la fois (rire).

 

Que regardez-vous à la télé ?
Je la regarde peu, mais j'aime assez Les Experts et New York District. Ce qui est marrant, c'est que la télé repart en arrière, comme la mode. Si les débats politiques ne sont pas mon truc, je regarde Lagaf' et ça m'amuse bien.


On vous imagine entourée d'enfants…
J'en ai plein autour de moi. Je suis toujours très bien avec eux, plus qu'avec certains adultes. Dès que les grands commencent à discuter… (elle souffle) ça m'ennuie. Alors je pars dans la salle de jeu avec les gamins et on s'amuse.


Vous êtes une enfant, finalement ?
Je n'ai pas bougé. Et je n'ai pas envie de grandir. Je ne le fais pas exprès, c'est une chance.

Un album comme avant !
Dorothée avoue avoir eu « un peu la trouille », mais son nouvel album sera bien le 15 mars dans les bacs. Les fans peuvent se rassurer : « Les dix-sept chansons sont dans la même lignée que les premières, avec des arrangements modernes. Il y aura aussi un petit clin d'œil à Hou ! la menteuse, à Nicolas et Marjolaine et une nouvelle version de La Valise. » Autre passage obligé, une ritournelle signée Michel Jourdan (le générique de Candy, c'est lui !) : « Sept ans et demi résume bien l'album. On aimerait tous restés bloqués à cet âge-là, faire en sorte que les gens arrêtent de se faire du mal et que nos parents restent près de nous… » Tout un programme.
 

Jacky : “C'est une grande timide”
« Nous sommes complices devant et derrière la caméra. » Difficile pour Jacky de résumer plus de vingt ans de collaboration et d'amitié avec Dorothée. « J'ai de nombreux souvenirs de Récré A2, des tournées et, bien sûr, de Club Dorothée. C'était très novateur, en 1987, de mettre à l'écran cinq animateurs. Chaque mercredi pendant dix ans, nous avons assuré six heures de direct et proposé près de 1.000 heures de programme par an », raconte-t-il. Pour Jacky, le retour de Dorothée sera assurément gagnant. « C'est une grande professionnelle, une fille très sensible, assez timide et réservée. Dorothée n'a jamais eu la grosse tête. Au contraire, son optimisme est fédérateur. »

Edition France Soir du samedi 20 février 2010 page 34

02 et 05/03
Deux extraits du nouvel album sont en ligne sur le site de IDF1 : "Dorothée" et "Coup de tonnerre"
Puis un nouvel extrait chaque jour à compter du 06 mars.
Les titres du nouvel album sont petit à petit dévoilés...

8/03
Dorothée est l'invitée vedette de Morandini! sur Direct 8

11/03
Laurent Boyer reçoit Dorothée sur RTL dans "La tête dans les étoiles"

15/03
- Sortie digitale du nouvel album de Dorothée comprenant 16 nouvelles chansons

- Dorothée se confie à Frederic Zeitoun dans Télématin

16/03
Jean Marc Morandini reçoit Dorothée sur Europe 1

19/03
Dorothée est l'invitée du site internet du journal Télé Loisirs

20/03
- Dorothée est l'invitée de Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché"

"On n'est pas couché"

- A l'occasion des deux ans de la chaîne IDF1, Dorothée interprète 9 de ses nouvelles chansons lors d'une soirée spéciale!
- "En Mode VIP" accueille Dorothée pour évoquer de nombreux souvenirs

21/03
Dorothée est l'invitée de "Vivement dimanche"

23/03
Sophie Davant reçoit Dorothée dans "C'est au programme"

24/03
- Dorothée est l'invitée de "Et si c'était ça le bonheur" sur Europe 1 présenté par Faustine.
- Dorothée participe à l'émission "24 hr people" sur Direct 8

- Dorothée est l'invitée de "C'est à vous" sur France 5

01/04

Dorothée est invitée sur France Info

03/04
- Dorothée est l'invitée de "On repeint la musique" sur France bleu et dans "le journal inattendu" d'Harry Roselmack sur RTL.
- Dorothée chante en live un medley dans les "années bonheur" présenté par Patrick Sebastien

04/04
"C'est quoi ce bordel!" sur Europe 1

Laurent Baffie accueille Dorothée

09/04
- Michel Drucker reçoit Dorothée dans "Studio Europe 1"
- Nikos réveille Dorothée dans le "6/9" sur NRJ

17,18 et 19/04
Dorothée est à l'olympia pour 4 représentations complètes dans une ambiance de folie.

Regardez les répétitions du concert

29/04
Dorothée est chez Cauet sur TF1 pour "Ca va s'Cauet!" et annonce qu'elle fera Bercy fin 2010

4/07
Sortie du single "L'Olympia" sur les sites de téléchargements en ligne

26/08
Dorothée nommée chevalier des Arts et des Lettres
La chanteuse et animatrice Dorothée a été nommée au grade de chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres, a-t-on appris du ministère de la Culture et de la Communication.
 

31/08
Dorothée réagit suite à cette nomination sur RTL face à Yves Calvi

16/09
Diffusion de l'émission "On ne demande qu'à en rire"  présenté par Laurent Ruquier sur France 2.

27/10
Dorothée était présente au salon du chocolat

04/11

Dorothée est l'invitée de "Morandini!" sur Direct 8

10/11
- Dorothée était l'invitée de Jean Marc Morandini dans "Le grand direct des médias" sur Europe 1

 

 

 


- Diffusion en prime time d' "Il était une fois...Dorothée" sur TMC à 20h40

16/11
Dorothée était l'invitée de Flavie Flament dans "Tout le plaisir est pour nous" sur RTL

26/11


Article paru dans "Nord Eclair" pour la promotion du concert de Dorothée à Lille
Dorothée : « Je n'ai pas de nostalgie »
Après quatorze ans d'absence, elle pointe à nouveau son nez et prendra possession, le 17 décembre, du Zénith de Lille. Vive et pétillante malgré une crève carabinée, elle nous a accordé avant-hier un entretien dans un bar parisien.

Quatre Olympia en avril dernier. Comment avez-vous vécu ces retrouvailles scéniques ?
Un grand moment dans l'estomac et dans le coeur. D'ailleurs, je n'ai toujours pas atterri. Au bout de quatorze ans d'absence, je savais que le public allait être là, mais comme je doute toujours, je me demandais s'il allait aimer.

Estimez-vous que vous n'avez plus rien à prouver ?
Rien n'est acquis. On a toujours à défendre ses valeurs et ses bases.

Avec Bercy (le 18 décembre, ndlr), vous passez à l'étape supérieure ?
J'ai eu beaucoup de plaisir à faire l'Olympia. Je n'ai pas demandé à faire une salle plus grande. Bercy, c'est quand même très impersonnel. Quoi que je fasse, j'ai la trouille à chaque fois.

C'est votre antre pourtant. Vous vous y êtes produite à 58 reprises...
Michel Sardou a le record masculin et moi le record féminin. Après, je fais sincèrement les choses. Les records d'audimat ou de spectateurs dans les salles, ce n'est vraiment pas mon moteur.

Quel est donc votre moteur ?
De plaire à ceux qui me font confiance. Je veux être à la hauteur de ce qu'on me demande.

40 % actuellement de places vendues pour Bercy et 25 % pour le Zénith de Lille. Êtes-vous inquiète ?
Les salles se remplissent de plus en plus tard. Ce n'est pas évident parce que ce sont les vacances aussi. Les grands fans ont réservé le jour même de la mise en vente. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Et puis on ne juge pas la qualité d'un spectacle par rapport à son affluence.

Pourquoi seulement deux dates à Lille et Paris ?
Il faut demander ça au producteur. Ce n'est pas moi qui décide. Je suis ravie de venir chez vous d'autant que du côté paternel, je suis de la Somme. À chaque fois qu'on a fait un spectacle dans le Nord, on a reçu un accueil magnifique.

Comment expliquez-vous que votre nouvel album n'est disponible que sur les plateformes de téléchargement légal ?
L'industrie du disque a changé. Les personnes responsables n'ont pas forcément bien géré la chose. Mon premier souhait était de mettre en place ce disque physiquement. Il va enfin sortir le 13 décembre avec un best of et le DVD du spectacle à l'Olympia. Je pense à tous ceux qui n'ont pas Internet.

Quel mot pour qualifier votre absence ?
Une pause. Je voulais revenir avec un peu plus de forces. Quand tous les crétins parlent de traversée du désert, ça m'insupporte au possible. Je suis toujours restée en contact avec Les Musclés, Hélène Rollès et tous les autres.

Était-ce un besoin d'appuyer sur le bouton stop ?
Ce n'est pas moi qui ai pris cette décision. On m'a fait arrêter le Club Dorothée. J'aurais fait autrement, je n'ai même pas eu l'occasion de dire au revoir aux enfants. Voilà mon regret principal. C'était très brutal.

N'avez-vous jamais eu envie de régler vos comptes ?
Si je le fais, c'est directement aux personnes concernées et non pas par médias interposés. Je veux aller de l'avant. J'ai de bons souvenirs mais pas de la nostalgie. Cela ne sert à rien, elle n'est pas créative, la nostalgie.

Une frénésie nerveuse et physique, le « Club Dorothée » ?
C'était sans cesse le serpent qui se mord la queue. On ne vivait plus le temps normal. Je ne sais même pas aujourd'hui ce qui s'est passé parallèlement dans les années 80 et 90. J'étais sur une autre planète, déconnectée de celle des gens normaux. Ce qui ne me dérangeait pas trop non plus.

Aviez-vous un plan de carrière ?
Pas du tout. Je n'avais rien projeté. J'ai vécu le moment présent à chaque fois. Et puis j'ai eu beaucoup de chance, je suis arrivée à un moment où il n'y avait rien. Aujourd'hui, les gens n'ont plus le courage d'essayer.

Qu'avez-vous fait pendant toutes ces années d'absence ?
J'ai remis les pendules à l'heure et j'ai vécu une vie traditionnelle, celle de tous les jours. Je n'avais plus un planning d'enfer, calculé à la seconde près. J'étais libre pour répondre enfin à des sollicitations familiales.

Il y a eu pourtant des tentatives de retour...
Effectivement. Il y a eu des projets sur une chaîne de télévision numérique qui n'ont pas marché. Ce n'est pas bien grave.

Et le remplacement de Gérard Klein pour la série « L'instit » ?
J'ai passé des essais mais là non plus, ça n'a pas fonctionné. De toute façon, j'aurais préféré faire un truc à moi plutôt que de reprendre quelque chose.

On se souvient que vous avez notamment joué dans « L'amour en fuite de Truffaut (en 1978, ndlr). Des envies de cinéma actuellement ?
Je suis toujours partante. Sauf que je n'ai pas reçu une seule proposition. Même pas une participation. Pas la peine de se traumatiser pour ça, il y a pire.

Êtes-vous consciente que de nombreuses rumeurs ont circulé sur vous ?
Dès que les gens ne savent pas ce que vous faites, ils inventent. C'est infernal ! J'ai une vie d'une incroyable banalité, je suis très casanière. Je veux bien tout donner sur scène ou en télé, mais il faut qu'on me laisse mon jardin secret. Les grands-parents le comprennent, ça. Ils m'écrivaient à la grande époque en me disant : « On vous confie nos petits-enfants avec grand plaisir parce qu'on sait qu'avec vous, tout sera normal ».

La suite ?
Je m'arrête au 18 décembre et après, on verra. Chaque chose en son temps. J'ai toujours fait les choses au feeling. Pourquoi changer ?

PATRICE DEMAILLY

27/11
Diffusion de SLAM avec Dorothée sur France 3

01/12
Diffusion de "Dans l'univers de Dorothée" sur France 2

03/12
Dorothée était l'invitée de "IDF1 Midi" sur IDF1 en direct pendant une heure

03/12
Dorothée était l'invitée de "IDF1 Midi" sur IDF1 en direct pendant une heure

06/12
Interview de Dorothée sur Demoiselle FM

08/12
- AB1 a rediffuse "Ma valise à souvenirs" et le "Bercy 92" et propose une émission inédite composée des clips de Dorothée datant de 1989 pour la promotion de l'album "Tremblement de terre".
- Dorothée était l'invitée mystère de Laurent Ruquier sur Europe 1.

09/12
Dorothée était l'invitée de "Trois questions à..." sur Europe 1

10/12
Dorothée était sur la radio locale RCM

11/12
Diffusion du documentaire "Dorothée, un jour on s'est retrouvé" sur IDF1 à 20h30

11/12

- Christophe Beaugrand est parti à la recherche de Dorothée dans "50 mn Inside" sur TF1
- "Les Années Bonheur" présentée par Patrick Sébastien sur France 2 avec Dorothée.

Du 13 au 17 /12
"Vous avez du talent spécial Dorothée"
Diffusion de 7 clips par émissions, Dorothée commente chacun des clips.
Un jeu est organisé pour élire la meilleure chansons de Dorothée

13/12

Sortie du DVD du spectacle à l'Olympia, ainsi que du  double CD incluant le nouvel album 2010 et un best of,

15/12
Entretien avec Dorothée pour Média +
Figure incontournable du PAF depuis plus de 30 ans, Dorothée demeure reconnue du milieu de la télévision et de la scène. Afin de retracer son parcours médiatique, et la faire réagir sur le nouveau paysage télévisuel, média+ s'est entretenu avec Dorothée, animatrice, chanteuse & actrice.

Vous avez été durant près de 10 ans, Directrice de l'Unité Jeunesse de TF1.
Que pensez-vous avoir apporté à ce créneau de la jeunesse à la télévision ?
Je pense avoir apporté une diversité dans les programmes jeunesse. Nos émissions s'adressaient aux enfants, aux adolescents mais également aux adultes. Le «Club Dorothée», à l'instar des sitcoms AB, était ainsi un programme trangénérationnel dans lequel nous tissions une relation humaine non négligeable avec les téléspectateurs.
Pour la sélection des programmes, nous bannissions évidemment tout élément agressif ou négatif. En revanche, je souhaitais montrer la réalité du monde avec des émissions caritatives comme «La chaîne de l'espoir» ou encore «Le Noël de l'amitié».

A notre époque, les émissions destinées aux enfants ne sont plus incarnées
par les animateurs. Qu'en pensez-vous ?
En 1997, juste après l'arrêt du «Club Dorothée» sur TF1, j'ai eu l'impression d'assister à une rétrogradation de l'humanisation des programmes. Juste pour rappel, avant 1973, les unités jeunesse à la télévision n'existaient pas. Les enfants n'étaient pas considérés. Des années plus tard, nous étions parvenus à faire comprendre que la jeunesse était un public à part entière qui avait besoin de repères et de rendez-vous propres. Nous avions réussi à imposer un véritable lien social avec le jeune public.

Votre retour médiatique s'est produit il y a trois ans sur IDF1. Auriez-vous
envie de présenter un Prime Time sur une chaîne historique ou TNT ?
Je pense avoir assez donné ! Je préfère laisser la place aux jeunes…

Vous avez tourné un pilote pour incarner «L'Instit» sur France TV. Depuis cette
expérience, souhaitez-vous vous investir davantage en tant que comédienne ?
J'adorerais m'investir comme comédienne mais je n'ai reçu aucune proposition.

N'avez-vous jamais été tentée de devenir productrice, créatrice de formats ?
Non, ce n'est pas mon créneau. La télévision d'aujourd'hui ne ressemble en rien à ce qu'elle était auparavant. A l'époque, il y avait un côté famille, une sorte de folie à l'antenne qui nous permettait de tester différents concepts. Aujourd'hui, il existe beaucoup trop de contraintes stratégiques…

16/12
Dorothée était l'invitée du JJDA sur IDF1

17/12
Dorothée est l'invitée du "Daily Mouloud" dans "Le Grand journal" sur Canal Plus

18/12
-Reportage sur les répétitions de Dorothée pour Bercy sur BFM TV
 

- Interview dans France Soir
Dorothée : "On ne m'a rien proposé depuis"
Propos recueillis par Loïc Torino-Gilles le 18/12/10
L'idole des enfants dans les années 1990 donne ce soir un concert unique à Paris Bercy, avec les anciens du Club Dorothée.

Votre retour à Olympia en avril dernier, après treize ans d'absence, a été un succès. Pour votre concert de Bercy, samedi soir, le trac est-il retombé ?
Non, je n'ai toujours pas atterri. Ma peur est proportionnelle à la taille de la salle. J'ai chanté cinquante-six fois à Bercy mais on ne s'habitue jamais. Au moment de l'Olympia, je ne m'attendais pas à autant de ferveur, ni à toutes ces réactions d'amitié… Ça a été très surprenant, magnifique. Je suis depuis restée sur cette vague d'énergie.

Les fans vous attendaient aussi en province, mais vos concerts ont été annulés, officiellement pour raisons techniques. Pas trop déçue ?
Bien sûr que oui. Mais ce n'est que partie remise. Le concert de Bercy, qui sera une grande fête à la manière du Club Dorothée, sera retransmis en direct sur IDF1 et je suis sûre qu'on pourra le retrouver ensuite sur le Net.

Les propositions pour votre retour à la télé ont-elles afflué depuis ?
Pas du tout. On ne m'a rien proposé. Je ne sais pas pourquoi. Les producteurs n'ont peut-être pas d'idées ou d'envie pour moi. Je ne suis pas du genre à décrocher mon téléphone pour demander quelque chose. J'attends ma bonne étoile. Je ne suis pas pressée

- Dorothée a triomphé à Bercy devant 8000 spectateurs.

20/12
Communiqué de Jean Luc Azoulay, producteur de Dorothée

"Dorothée a triomphé à Bercy !
N'en déplaise aux fâcheux, aux aigris, aux imbéciles, Bercy était plein malgré la neige, et l'ambiance était extraordinaire pendant les 3h30 du concert.
Pourquoi certains médias ont-ils essayé de minimiser ce triomphe comme ils avaient tenté de le faire avant l'Olympia d'avril, je me le demande encore. Sans doute par bêtise, par rancœur, par non professionnalisme.
Je tiens à préciser que la configuration de Bercy adoptée (2000 spectateurs debout, 6000 assis) a été choisie dès le départ par Gilbert Coullier et moi-même puisque c'était celle que nous jugions la mieux  adaptée pour ce concert. Jamais nous n'avons rapproché la scène ni changé cette configuration qui je le répète faisait partie intégrante de la conception de ce spectacle.
Un certain Emmanuel Marolle du Parisien (qui n'a pas assisté au spectacle) titre par exemple sa chronique : « Dorothée ne me dira pas Bercy »… Quel humour ! Pour étayer son papier, il cite forcément « de mystérieux informateurs », bien entendu plus fiables pour lui que les producteurs ou mieux, que la constatation des faits (il n'a pas assisté au concert puisqu'il est bien évident qu'un vrai « journaliste » ne se déplace pas). Heureusement sa consoeur Marie Sauvion qui elle a assisté au spectacle remet les choses en place en faisant une excellente critique.
Heureusement aussi, des centaines de milliers de téléspectateurs ont pu suivre ce concert en direct sur IDF1, sur le Net, sur YouTube et sur Dailymotion et constater de visu que la salle était pleine et que l'ambiance était extraordinaire.
Je tiens à remercier Dorothée, Hélène, Ariane, Jacky, Corbier, les Musclés, Christophe Rippert, Sébastien Roch, Jean Paul Césari, Martine et Francine, Gérard Salesses, les musiciens, les choristes, Odile Bastian et ses danseurs, Jaques Rouveyrollis pour les lumières, José Tudella et Roland Guillotel pour le son, Pat le Guen pour les images et toutes nos équipes techniques pour nous avoir permis de passer ensemble cette inoubliable soirée. Merci aussi à vous tous qui étiez là pour nous soutenir et nous montrer votre amitié.
Rendez vous au printemps comme prévu pour une tournée à travers toute la France, la Belgique et la Suisse"

31/12
Dorothée et IDF1 vous souhaitent une bonne année 2011

[ARTICLES]

 

bv000007d.jpg
bv000008d.jpg
22-04-2010-182833-2.jpg
22-04-2010-182849-2.jpg
doroth14-2.jpg
922448scan10001-1-2.jpg
doroth14-2-2.jpg
32278scan1-2-2.jpg

BONUS VIDEO - Dorothée au JT de TF1

JT TF1 (2010)

VISITEZ AUSSI

COUVERTURE_edited_edited.png

© albanweb 2020

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now